Bruxelles, (Belgique), 23 juin 2020 – Le Burkina Faso est devenu, lundi 22 juin 2020, le 40e pays a signé l’Accord révisé de Georgetown, le texte fondateur de l’Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) qui remplace le Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), .
C’est l’Ambassadeur-Représentant permanent de notre pays auprès du Groupe des Etats ACP, Son Excellence Madame Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma, qui a apposé sa signature au nom du Burkina Faso sur l’Accord de Georgetown révisé, le texte fondateur de l’organisation. La cérémonie solennelle s’est déroulée dans l’enceinte de l’Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles en raison des mesures barrières de prévention contre la pandémie du Covid-19.
Membre fondateur du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) créé le 06 juin 1975 par l’Accord de Georgetown, le Burkina Faso renouvelle son attachement à ce groupe qui compte aujourd’hui soixante-dix-neuf Etats membres.

« Je suis fière d’avoir, au nom du Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian Kaboré signé l’Accord de Georgetown révisé marquant la pleine appartenance du Burkina Faso à l’Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique », a déclaré Mme Zaba.
« Le Burkina Faso est un des membres fondateurs de l’OAECP (ancienne ACP) et aujourd’hui, nous réaffirmons notre appartenance à cette grande famille, qui est la plus grande organisation regroupant des pays du Sud qui ont la particularité de partager une histoire et une culture communes et d’avoir des économies similaires », a ajouté Mme Zaba.
L’ambassadeur avait reçu les pleins pouvoirs du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Son Excellence Monsieur Alpha Barry pour procéder à la signature de l’Accord au nom de notre pays.
Le processus d’adhésion du Burkina Faso sera parachevé après la ratification du texte par l’Assemblée nationale.

Cet Accord de Georgetown révisé va marquer un grand changement dans la vie du Groupe ACP. En effet, il transforme le Groupe ACP en une organisation internationale dénommée Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEAPC) en lieu et place de Groupe des Etats d’Afrique, du Caraïbe et du Pacifique (ACP).
L’Accord révisé autorise l’OEACP à développer des relations stratégiques et des partenariats avec des Etats tiers, y compris dans les pays du Sud ainsi qu'avec les organisations régionales et internationales en faveur de la coopération Sud-Sud et triangulaire. En clair, le Groupe ACP, devenu Organisation des Etats ACP (OEACP) pourrait nouer des accords de coopération ou commerciaux avec d’autres entités étatiques et internationales autres que l’Union européenne, son partenaire historique.
L’Accord révisé renforce également le pouvoir et les fonctions du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement. Désormais, ce sont les dirigeants des pays de l’OEACP qui désigneront le secrétaire général de l’organisation en lieu et place du Conseil des ministres. L’Accord révisé (et non un nouvel accord) institue aussi un mécanisme de résolution de conflit, créé un Fonds fiduciaire de dotation et transforme l’Assemblée parlementaire ACP en une instance statutaire.
Conformément à l’article 42, l’Accord est entré en vigueur le 5 avril 2020 après que vingt-sept (27) pays représentant le tiers des membres l’aient signé.

« La signature de l’Accord par le Burkina Faso, traduit l’engagement du Gouvernement et du peuple burkinabè en faveur du multilatéralisme, de la coopération et de la solidarité internationales dans l’atteinte des objectifs de développement de notre pays », a indiqué l’Ambassadeur Zaba.
La révision de l’Accord de Georgetown est intervenue en pleine négociation entre le Groupe ACP et l’Union européenne pour la conclusion d’un nouvel Accord de partenariat en remplacement de l’Accord de Cotonou arrivé à expiration.
L’Accord de Georgetown du nom de la capitale du Guyana, ancienne Guyane britannique en Amérique du sud, a régi pendant plus de quatre décennies le fonctionnement du Groupe des Etats ACP. Mais en prévision des négociations avec l’Union européenne sur l’avenir de l’Accord de Cotonou qui régit les relations entre les Etats de l’UE et les Etats ACP, les chefs d’Etat et de gouvernement avaient décidé lors du 8è sommet des ACP tenu du 30 mai au 1er juin 2016 à Port Moresby (Papouasie Nouvelle Guinée) de réviser l’Acte constitutif de cette institution.
C’est ainsi qu’un Groupe d’Eminentes Personnalités (GEP) dirigé par l’ancien chef d’Etat de la République fédérale du Nigéria, Olusegun Obasanjo, a produit un document intitulé : « Vers le Groupe ACP que nous voulons ». Ce document préconisait fortement de reformer le Groupe ACP avec pour ligne de mire de le transformer en une organisation internationale « forte, indépendante et acteur majeur sur la scène internationale avec un leadership à la hauteur des défis et des enjeux actuels ».
Après son approbation par les dirigeants, le Conseil des ministres ACP a donné mandat au Comité des ambassadeurs ACP, constitué des ambassadeurs des pays membres qui siègent à Bruxelles de réviser l’Accord.
Dès lors l’Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles a activement participé aux travaux de sa révision sous la supervision du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. C’est au cours du 9è sommet des ACP tenu à Nairobi au Kenya les 09 et 10 décembre derniers que notre pays a formellement donné son approbation pour l’adoption de cet Accord révisé.
Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles